Aller au contenu principal

Deux chercheurs témoignent de l’impact de la biobanque MRAS sur la recherche

<

Retour à la liste

Deux chercheurs de notre centre, Marc Pouliot et Fawzi Aoudjit, mettent en évidence l’impact important de la biobanque MRAS. Voici leurs déclarations :

Marc Pouliot: 

« J’ai effectué mes études graduées ici au CHUL dans un groupe de rhumatologie et j’ai obtenu mon diplôme de PhD en 1994. Après 5 ans de post-doc à l’extérieur, je suis revenu en tant que chercheur indépendant ayant comme focus l’arthrite rhumatoïde et le lupus. C’est alors que j’ai rencontré le Dr Paul Fortin, éventuel membre fondateur du Groupe MAS. Depuis ce temps, mon équipe de recherche collabore avec celle du Dr Fortin (et aussi avec d’autres équipes du groupe MRAS) sur plusieurs projets différents. Le groupe MRAS vient combler un immense vide que nous avons longtemps eu ici, au centre de recherche.

Effectivement, et malgré la présence de plusieurs talents en rhumatologie et en sciences fondamentales sur l’inflammation et l’immunologie, il manquait (pendant mes 20 premières années de recherche sur l’arthrite à Québec) cette ‘colle’ qui relierait les principaux acteurs. La création du groupe MRAS a réussi à réunir plusieurs de ces spécialistes, qui travaillent maintenant de concert. Le groupe MRAS a créé une synergie unique et catalysé le montage d’un grand nombre projets de recherche multidisciplinaire. En effet, le groupe MRAS a permis de réunir les meilleures expertises de la région en ce qui concerne la recherche sur les maladies rhumatismales et leur traitement, ce aui a rendu incontournable la création (en 2020) du Centre ARThrite, Centre reconnu par l’Université Laval.

Concrètement, pour des chercheurs comme moi, le groupe MRAS, c’est: un accès aux données cliniques de cohortes entières; l’assurance d’échantillons de haute qualité, conservés de façon standardisée, et répertoriés; la production de nouvelles données et leur inclusion dans la banque de données, bonifiant d’autant cette dernière; des activités de réseautage (ex. journée annuelle, réunions mensuelles); une meilleure exposition à des chercheurs de renommée mondiale; et, surtout, la possibilité de réaliser des projets de recherche de plus grande envergure, redirigés vers le patient.

Je peux facilement compter une douzaine d’équipes distinctes dont les activités de recherche ont été transformées par la création du groupe MRAS. Des équipes qui ont acquis le potentiel d’avoir un plus grand impact sur la vie des patients en participant à des collaborations entre médecins-traitants, chercheurs fondamentaux, étudiants gradués, personnel spécialisé avec accès à des données probantes, et les patients eux-mêmes. Comme ils disent en anglais : « From Bench to Bedside ».

Présentement, le groupe MRAS constitue un ‘écosystème’ qui a significativement rehaussé le calibre de la recherche en rhumatologie dans la région; ce groupe doit maintenant servir de modèle auprès de toute la communauté de recherche clinique. »

Fawzi Aoudjit: 

« J’ai été recruté comme professeur-chercheur en 2001 à l’unité de recherche en rhumatologie et immunologie du centre de recherche du CHUL. Je connais le groupe de recherche MRAS et son directeur le Dr Paul Fortin dans le cadre de mes activités de recherche portant sur les mécanismes de pathogénèse des maladies auto-immunes rhumatismales. Je collabore avec le Dr Paul Fortin pour inclure un aspect clinique à mes projets de recherche ainsi que j’entretiens des collaborations avec d’autres chercheur.e.s du groupe MRAS.

Le groupe MRAS sous la direction du Dr Paul Fortin a eu une contribution majeure dans l’amélioration de la recherche sur les maladies rhumatismales à l’Université Laval. Bien qu’il y ait eu une expertise reconnue de chercheur.e.s au niveau fondamental et clinique, l’arrivée du Dr Paul Fortin et la création du groupe MRAS ont permis une étroite collaboration entre les chercheur.e.s fondamentalistes et les cliniciens ce qui a eu pour but de transformer la recherche sur les maladies auto-immunes au centre de recherche et à l’Université Laval. Le Dr Paul Fortin a su rassembler tous les chercheur.e.s de l’Université intéressé.e.s dans les maladies auto-immunes rhumatismales et à créer un environnement propice pour les collaborations entre les chercheur.e.s clinicien.ne.s et les fondamentalistes mais aussi entre les fondamentalistes eux-mêmes. Cela a permis de créer le Centre ARThrite en 2020 qui est reconnu par l’Université Laval.

Le groupe MRAS avec sa bio-banque a donné aux chercheur.e.s un accès facile aux échantillons biologiques, à des cohortes de patients et à des données cliniques. Cela a permis le développement de projets de plus grande envergure et donné plus d’impact aux projets de recherche fondamentale. Cette collaboration avec le groupe MRAS et le Dr Fortin m’a permis de publier deux articles dont l’un en 2020 sur un mécanisme potentiel sur les mécanismes de résistance des patients arthritiques au méthotrexate et autre en 2022 sur l’identification du récepteur P2X4 comme cible thérapeutique dans l’arthrite rhumatoïde suite à son implication dans l’activation des Th17 arthritiques. Ce dernier article publié dans la revue Journal of Immunology a été reconnu par la Société d’arthrite du Canada comme étant l’une des dix meilleures découvertes dans la recherche sur l’arthrite en 2022( https://arthrite.ca/a-propos-de-nous/ce-que-nous-faisons/recherche/les-10-principales-percees-de-la-recherche-en-2022). Le groupe MRAS a également facilité l’accès des chercheur.e.s fondamentalistes aux patients notamment grâce à l’organisation PIRA. Cet élément est très important pour la considération des points de vus des patients dans nos plans de recherche mais est aussi un critère d’évaluation des demandes de subventions de la société d’arthrite du Canada. Les interactions avec le groupe des patients PIRA ont aidé plusieurs chercheur.e.s du groupe MRAS dont moi-même d’être subventionné.e.s par la société d’arthrite.

Plusieurs équipes de recherche dont la mienne continuent de bénéficier du groupe MRAS et du Centre ARThrite pour nos activités de recherche et pour la formation de la relève dans le domaine des maladies rhumatismales. Par ailleurs, le groupe MRAS est aussi engagé à créer des connaissances pour l’amélioration des soins aux patients.C’est donc sans hésitations que j’appuie la candidature du groupe MRAS et du Dr Paul Fortin. »

Merci Marc et Fawzi pour ces beaux mots !